ACTUALITÉS

année 2017-2018

*************

Dans cette page l'annonce des deux conférences à venir.


*******************************************************************************************************************************************

Samedi 9 Décembre 2017

à 16h
Cinéma Louis Malle À Prayssac
à Prayssac


"Les animaux sont-ils bêtes?"


par Alain Leygonie

                                                                                          Philosophe       


Résumé descriptif

Il y a un mystère animal dont le moindre mérite n'est pas de résister à la pensée : s'agissant de la question animale, le propos des philosophes, aussi grands soient-ils, est en général affligeant. Devant la bête silencieuse, profonde, énigmatique, le discours philosophique (et même scientifique), enlisé dans l'humain, se déprécie et se mord la queue : on croit parler de l'animal, c'est encore et toujours de l'homme qu'il s'agit. Chassez l'humain, il revient au galop... Rétablir l'animal dans sa dignité ontologique, s'étonner du mépris dans lequel il est tenu au nom de l'Intelligence, dénoncer la bêtise des opinions communes engraissées à la Raison, chasser la honte des origines, telle est l'ambition de cet essai qui combine la réflexion, l'anecdote et le récit métaphorique, pour tenter de rompre le douloureux " silence des bêtes ".

Alain Leygonie



Vivant à la campagne, Alain Leygonie captura un beau jour une grenouille. Il la mit dans un bocal, nourrit la bête de mouches et l'observa. Débarquant dans son bureau, ses amis s'étonnaient : "Qu'est-ce que c'est, c'est une grenouille ?" Lassé de la question, il prit l'habitude de répondre : "Non, c'est une princesse. J'attends avec impatience la métamorphose ».Tant et si bien, dit-il, qu'il finit par y .croire.




____________________________________________________________________________________________________________________


samedi 13 janvier 2017

Cinéma Louis Malle

à Prayssac


Cahors antique"



par Didier Rigal
chargé d'opérations et de recherches,
Institut national de recherches archéologiques préventives



Résumé descriptif

Monumentalisation de Cahors Divona

Divona tire son nom d’une divinité celtique des sources et des gouffres. Ce vocable a subi une série d’altérations avec Bibona sur la Carte de Peutinger, Divonna dans les Notes Tironiennes, puis Douèna dans la Géographiede Ptolémée. Divona, capitale de la civitas des Cadurques dans la province d’Aquitaine du Haut-Empire fait partie des 60 peuples/cités présents au sanctuaire du Confluent à Lyon en 12 a.C.
Il s’agit d’une création ex nihilo faisant suite au transfert, dans la seconde moitié du ier s. a.C., de l’oppidum
de Murcens (Cras) distant de 15 km à vol d’oiseau. L’archéologie date cette implantation à la fin de la période augustéenne, toutefois, la décision politique est manifestement due à l’organisation des provinces gauloises par Auguste à la fin du siècle précédent1. L’installation de la cité dans un méandre du Lot est un choix d’implantation privilégié à divers titres : en tant que position centrale du territoire, pour la recherche de l’agrément, la facilité des échanges avec le transport fluvial… et pour la fondation d’une ville d’eau (fig. 1). Cette position situe également Divona a approximativement 100 km – soit 45 lieues gauloises ou 67 miles romains – des capitales des civitates voisines : Vesonna (Périgueux), Aginnum (Agen), Tolosa (Toulouse) et Segodunum (Rodez), que les voies attestées par la Table de Peutinger, ou à défaut l’archéologie, permettent de relier en une journée de cheval.
Dans cette presqu’île de 200 ha baignée par la rivière et bordée de collines sur trois côtés limitant son expansion, la cité du Haut-Empire occupe 125 ha, tandis que la rétractation de l’Antiquité tardive réduit son périmètre dans la partie orientale à 29 ha Les monuments publics : une connaissance récente Neuf des 11 monuments publics de Cahors ont été révélés par l’archéologie préventive entre les années 1995 et 2010 (le campus, le forum, le temple et son portique, l’amphithéâtre, le cardo maximus), l’archéologie programmée (l’aqueduc) ou des prospections (la fontaine des Chartreux, le castellum). Il existe peu d’exemples analogues qui ont permis de telles avancées de la recherche dans un délai aussi bref. Grâce à cela, la connaissance de Cahors antique apparaît dorénavant comme la figure de proue de la région.


Didier Rigal