ACTUALITÉS

année 2017-2018

*************

Dans cette page l'annonce des deux conférences à venir.


*******************************************************************************************************************************************

________________________________________________________________________________________

Samedi 17 mars 2018

à 16h
Cinéma Louis Malle
à Prayssac



"Les réseaux sociaux...anges ou démons?"

par Guilhem Landès
webmaster, animateur multimédia




Résumé descriptif


Internet a profondément remodelé les relations humaines. Les notions d'amitié, de vie privée, connaissent une évolution sans précédent. Des sites comme Facebook, avec ses deux milliards d'utilisateurs, imposent unilatéralement de nouvelles formes de communication, de relation. Jusqu'où ces entreprises peuvent-elles s'immiscer dans nos vies privées ? Est-il possible de faire machine arrière, de reprendre le contrôle de nos données personnelles ? 

Quel futur attend ceux, dont les images des premiers jours de vie, ne leur appartiennent déjà plus ! Quelle société va émerger de cette explosion d'informations, où la transparence devient la règle ?

Guilhem Landès


_____________________________________________________________________________________________________________________________________

Samedi 14 avril 2018
17h
Cinéma Louis Malle

à Prayssac




" Les superstitions, d'autrefois à aujourd'hui "

par Jean Rigouste

Professeur de Lettres


Résumé descriptif

Superstition: le mot signifie  "survivance". Des  croyances  et des pratiques issues de religions anciennes, (que les religions "officielles" n'ont pas réussi à faire disparaître) ; ou bien des traditions culturelles diverses qui ont réussi à survivre… Elles sont souvent très anciennes (savez-vous depuis combien de millénaires on dit "A vos souhaits" à quelqu'un qui éternue ?), mais il s'en crée tout le temps, dans les milieux les plus divers (la mode, la télévision, la Formule 1…)
  Les superstitions, en effet, sont universelles, et on les rencontre dans les endroits les plus inattendus  (le Vatican !) ; mais chacun de nous n'a-t-il pas aussi des croyances "magiques" particulières ?
   Face à l'ensemble structuré des religions officielles, les superstitions ont tendance à construire une sorte de hiérarchie des pouvoirs, avec des rites, des formules, voire des Livres  (que l'on pense au fameux "Grand Albert" !) qui finissent par créer une image inversée des Églises et des liturgies. La frontière entre culte officiel et pratiques superstitieuses est d'ailleurs assez mince (il y a eu des curés guérisseurs, et les "sorciers" emploient souvent des formules et des invocations chrétiennes)
   Mais d'où vient la capacité de survie, d'adaptation et de développement de ces croyances ?  D'abord, du besoin de
protection,  contre les forces et les formes du Mal, dans un monde qui était pour beaucoup terrible et incompréhensible (d'où les amulettes, porte-bonheur… ou les porte-malheur, à éviter !). Et aussi du besoin de pouvoir, inhérent à l'homme : pouvoir guérir - ou nuire -, mettre à son service des entités redoutables ; et  savoir : savoir les secrets et les trésors cachés, l'avenir et les destins…
   Et si elles sont si répandues aujourd'hui, en notre âge technique, scientifique et rationnel, si même elles se renouvellent, c'est aussi parce que l'homme a un besoin éternel d'irrationnel et de rêve.


J. Rigouste