Eldorados d'Amérique : mythes, mirages et réalités

Conférence du:
samedi 13 avril 2013

par Bernard LAVALLÉ,
Professeur de civilisation hispano-américaine à l'Université de la Sorbonne

Eldorado. Le mot, galvaudé aujourd'hui, évoque toute contrée paradisiaque. Mais pour les premiers conquistadores qui posèrent le pied au Nouveau Monde à la fin du XVe siècle, l'Eldorado devint vite cette terre promise, ce continent de tous les possibles où les indigènes puisaient des richesses apparemment illimitées.
Véritable quête du Graal, la quête de l'or en Amérique prit maints visages, sur la foi de légendes toujours plus fantasmées. Il n'y eut bien pas un mais des eldorados tant le mythe semblait capable de se renouveler sans cesse, en Amérique espagnole d'abord (XVIe-XVIIe), au Brésil ensuite (XVIIIe), puis en Californie et en Alaska (XIXe).
Au-delà du mythe et de ses avatars, Bernard LAVALLÉ s'intéresse avant tout aux conséquences durables sur l'économie espagnole et portugaise, mais aussi mondiale, qu'eurent ces apports de richesses soudains. L'Europe, jusque là pauvre en métal jaune, fut abreuvée d'or et surtout d'argent par des routes commerciales toujours plus actives, modifiant profondément les équilibres politiques et les rapports sociaux du Vieux Continent. Dans les colonies de Nouvelle-Espagne ou des Andes, Indiens et esclaves noirs furent envoyés dans les mines pour y extraire les métaux précieux (or, argent, diamants) dans des conditions épouvantables maintes fois dénoncées. Quoique libres, les prospecteurs qui succombèrent plus tard à la fièvre de la ruée vers l'or en Amérique du Nord ne connurent pas de sort plus enviable.

conférences 2012 2013